28 sept. 2011

Pile je gagne, face tu perds

Le  gouvernement Japonais, par le biais d'un fond dévolu au dommages nucléaires, va injecter de l'argent public dans Tepco, et prendre les commandes de la boite, quasi en faillite, et qui ne pourra supporter seule les coûts de démantèlement de la centrale. On s'en doutait un peu.
http://www.yomiuri.co.jp/dy/national/T110927006216.htm
Morale de l'histoire: Le nucléaire, c'est comme les banques, quand ça marche, le privé s'en met plein les fouilles, et quand ça pète grave, c'est le cobaye qui met la main à la poche...:-(((
Pas sûr que ça incite à plus de vigilance et de transparence, tout ça.

De toute manière, même hors accident nucléaire, un réacteur ne se démantèle pas en deux temps trois mouvements, ça demande du temps, et de l'argent. Un simple exemple, sur le site de Marcoule, qui a récemment fait parler de lui:
Avec l'arrêt définitif du dernier des réacteurs Célestin en 2009 le site n'abrite plus d'installation de type militaire. Il est prévu que ce démantèlement commence en 2016 et se termine en 2050
source Wikipedia (ben oui, moi aussi...)
Et au passage, là, c'est du militaire, le contribuable paie direct.
Un petit réacteur militaire, 34 ans de travaux, je vous laisse imaginer  la date du prochain pic-nic sur le site de Fukushima. En attendant, comme  il n'y a évidemment pas de restaus ni d'épicerie aux alentours, Tepco vend les paniers repas (bento) aux travailleurs du site. Qui a dit "il n'y a pas de petit profits?"...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire